Cassie et Léon

Une séance nouveau né en famille à Valence

31 juil. 2020

Deux ans après la séance grossesse de leur premier bébé, et un an après leur mariage, me voici à nouveau en compagnie de Morgane et Dimitri, entourés de Léon, 3 ans, et de Cassie, fraîchement débarquée sur cette planète...


Il y a des gens qu'on suit avec plaisir, et dont on intègre presque la famille, à force de la voir grandir et de la photographier. Voici une famille que j'ai eu le plaisir de voir se construire, petit à petit, aux étapes importantes de son évolution. Trouver son photographe de mariage, c'est parfois le début d'une longue histoire côte à côte. Accompagner un couple pour son jour J, c'est souvent la promesse de devenir un peu plus, de devenir le photographe d'une famille. Quoi de plus précieux que cette confiance qui nous est accordée ?


Pour cette séance à quatre, nous avons commencé chez Morgane et Dimitri. J'aime particulièrement les séance à la maison.

Je trouve souvent l'environnement familier de la maison plus calme et propice à la photo de nouveau né.

J'aime aussi voir les gens chez eux, car c'est dans l'intimité qu'ils prennent confiance, que les liens se nouent, et que les enfants s'habituent à ma présence (et à celle de mon appareil photo!)

Et puis j'aime l'idée d'une tranche de vie immortalisée, un morceau de temps fixé, car l'environnement quotidien est aussi important que le reportage en lui même, les détails, la maison telle qu'elle est à l'instant T. Quand on regarde ses photos de familles, et qu'on reconnaît ce fauteuil qui est maintenant là, cette table basse qui nous rappelle de bons souvenirs, telle ou telle lumière particulière dans laquelle on a baigné des années, des vagues de souvenirs vivants remontent à la surface. Selon moi, la photo d'un intérieur peut être aussi forte, et produire autant d'émotion que la photo d'une personne (mais peut être qu'étant fille d'architectes, je suis particulièrement sensible aux atmosphère des intérieurs...)


Nous sommes ensuite allé prendre l'air dans un petit parc, car après une demi heure de photos en intérieur, Léon commençait à avoir la bougeotte, et besoin de se défouler. Une séance qui s'est finie dans la lumière dorée d'une fin de journée de juillet douce et baignée de soleil.